Les Sénateurs d’Ottawa dans l’eau chaude après avoir été filmer par un chauffeur d’Uber

Des joueurs des sénateurs d’Ottawa sont dans la soupe chaude après avoir été filmé plaisantent ouvertement au sujet de leurs capacités en punition, se moquent de l’un de leurs entraîneurs et rient de l’inefficacité des réunions des équipes spéciales dans une vidéo controversée publiée en ligne. La vidéo est la dernière nouvelle embarrassante pour une équipe qui tente de reconstruire une culture plus positive et professionnelle dans son vestiaire, après le départ très médiat d’Erik Karlsson et de Mike Hoffman.

La vidéo a été prise à Phoenix fin octobre. Elle a été enregistrer, vraisemblablement par le chauffeur Uber, puisque sept joueurs des sénateurs d’Ottawa ont été transportés dans une fourgonnette ou un VUS. Il semble qu’aucun des joueurs n’était au courant de l’enregistrement de la conversation.

L’enregistrement qui dure à peu près cinq minutes, filmé à partir d’une caméra montée par le rétroviseur, a ensuite été publié sur YouTube et Twitter. L’essentiel de la conversation porte sur les difficultés de l’équipe en matière de défense: les Sénateurs se situent près du bas de la ligue pour ce qui est de l’élimination des tirs au but et sont au dernier rang en ce qui concerne le nombre de tirs autorisés par match.

Marty Raymond, le seul entraîneur de l’histoire de la LNH à avoir le pire jeu de puissance et le pire PK de son année civile», a déclaré l’attaquant des Sénateurs Matt Duchene, en référence à Martin Raymond, entraîneur adjoint responsable des tirs au but de l’équipe. cette année et en avantage numérique la saison dernière.

La remarque suscite le rire et invite seulement les joueurs à plaisanter davantage. Le défenseur Chris Wideman, assis à la place du passager avant, crie: «Avez-vous remarqué que lorsque (Raymond) diffuse la vidéo, si vous y prêtez attention, il ne vous apprend jamais rien? Il commente simplement ce qui se passe.  » On entend alors Duchene répondre: «Voici l’autre chose aussi. Nous ne changeons rien, jamais. Alors pourquoi avons-nous même des réunions ? Je ne l’écoute pas depuis trois semaines.  »